03/10/2019 - Lifestyle

La cavalcade des aigliers de Mongolie

Chasse à l’Aigle en Mongolie

A la croisée de la Chine, de la Russie et du Kazakhstan, la rude région de l’Altaï, à l’extrême Ouest de la Mongolie, vit au rythme de ses traditions. Et parmi celles-ci, il en est une, immuable, qui signe une part marquante de son identité : la chasse à l’aigle. 

Cette forme atypique de chasse, que pratiquent les Kazakhs, est unique et se déroule exclusivement à cheval, avec un aigle royal. Au cœur des hautes montagnes de l’Altaï, cet art perpétue une histoire millénaire. En effet, les Kazakhs de Mongolie, installés dans cette contrée aride depuis la fin du XIIème siècle, sont les maîtres avérés du dressage de ces aigles, appelés burkit, qui sont les plus grands de l’hémisphère nord. Ce sont de préférence les aiglons femelles qui sont choisis, étant d’une nature plus agressive et d’une envergure plus large – allant jusqu’à 2 m 20. Patiemment dressés et dépendant totalement de leur maître pour manger, ces prédateurs, qui retourneraient à l’état sauvage s’ils se nourrissaient par eux-mêmes, possèdent une vue huit fois supérieure à celle de l’homme, et sont capables de piquer sur leur proie, du haut des sommets, à plus de 160 km/heure. C’est dire s’il faut être un cavalier aguerri et rapide pour les récupérer avant que la précieuse fourrure de leurs victimes - comme celle des renards argentés – ne soit déchirée ou abimée. Alors, animal mythique, l’aigle royal n’a de cesse de représenter un symbole de force et de courage. Et c’est son énergie que ces cavaliers du bout du monde partagent farouchement, avec fierté.

TExtE PAR Nathalie MArchal. PHOTO PAR Getty

Pour rester dans l’émotion,
inscrivez-vous à notre newsletter

loader