Par Olivier Maloteaux

Royal Ascot

Entre élégance et extravagance

Chaque année, à la fin juin, se tient le « Royal Ascot », une mythique course hippique britannique. Et pendant que les chevaux se disputent la piste, les chapeaux pointent en coulisse. Un mélange d’élégance et d’extravagance, dont seuls les Anglais ont la science.

Par Olivier Maloteaux

Royal Ascot

Entre élégance et extravagance

Chaque année, à la fin juin, se tient le « Royal Ascot », une mythique course hippique britannique. Et pendant que les chevaux se disputent la piste, les chapeaux pointent en coulisse. Un mélange d’élégance et d’extravagance, dont seuls les Anglais ont la science.

Royal Ascot

C’est ici, à quelques kilomètres au sud-ouest de Londres et à quelques encablures du parc de Windsor, que vont se masser quelque 300.000 personnes entre le 20 et le 24 juin. Cinq jours de courses hippiques durant lesquels s’affronteront les plus beaux pur-sang du moment. Sur leur crinière pèseront de lourds paris.

Mais les bookmakers miseront aussi sur la couleur du chapeau de la Reine d’Angleterre... Car au-delà de l’épreuve sportive, le Royal Ascot s’est mué au fil du temps en un véritable défilé de mode au grand air. Et si le très strict code vestimentaire ne laisse pas remonter les jupes trop haut, il donne en revanche aux couvre-chefs la liberté d’enfler en toute originalité.

Royal Ascot

Etablie en 1822 par le Roi George IV, cette loge n’était à l’origine accessible que sur invitation du souverain, qui y recevait ses amis.

Un jour de 1711

Le Royal Ascot est né d’une promenade royale, effectuée il y a déjà plus de 300 ans. Tout commence en effet un beau jour de l’an 1711, alors que la Reine Anne d’Angleterre se balade à cheval aux abords du château de Windsor. Elle foule un espace de bruyères qui lui semble être « un lieu idéal pour faire galoper les chevaux ». Aussitôt dit, aussitôt fait : la première course hippique a lieu sur ces terres royales la même année. Et l’hippodrome originel sera érigé en 1794.

Avec le temps, les infrastructures se sont bien sûr élargies, de même que les épreuves hippiques qui s’y déroulent. C’est ainsi qu’Ascot s’est ouvert au saut d’obstacles en 1965 ; il y a donc juste 50 ans. Quelques années auparavant, durant la seconde guerre mondiale, c’était un tout autre spectacle qui animait la tribune centrale de l’hippodrome, transformée pour la durée des hostilités en caserne accueillant les membres de l’artillerie royale. Aujourd’hui, la paix est revenue, mais chaque année à la mi-août, les avions du Red Bull Air Race font gronder les cieux. Et à la fin du printemps, c’est la foule du Royal Ascot qui brise le calme du lieu.

Royal Ascot
Royal Ascot

Une entrée royale

Lors des 5 jours que dure le Royal Ascot, c’est l’arrivée de la Reine en calèche, sur le coup de 14 heures, qui sonne le début des festivités. Elle prend la direction du pavillon royal, d’où elle profite d’une vue plongeante sur la piste. En 2013, sa loge, pourtant habituellement empreinte d’une ambiance tamisée, fut agitée de légers soubresauts lorsqu’Estimate, une jument issue de l’élevage royal, s’est imposée dans la Gold Cup, la course la plus importante d’Ascot. Devenant le premier monarque britannique en cours de règne à remporter cette course, Elizabeth II avait alors laissé éclater sa joie.
Pas de quoi choquer les spectateurs privilégiés qui ont accès à la « Royal Enclosure » ou « enceinte royale ». Etablie en 1822 par le Roi George IV, cette loge n’était à l’origine accessible que sur invitation du souverain, qui y recevait ses amis. Ce lieu, qui a vu défiler les plus grands de ce monde, est aujourd’hui moins fermé que par le passé, bien qu’il ne soit toujours pas ouvert à tous... On n’y accède qu’en se faisant convier par un membre de la « Royal Enclosure » ou moyennement paiement, en réservant une table dans l’un des très chics restaurants. Dans cet espace réservé à l’élite, le code vestimentaire est très strict : le tissu des robes ne peut pas remonter au-dessus des genoux et doit couvrir les épaules des dames, tandis que le costume des hommes est lui aussi scruté de près.

Royal Ascot

Un spectacle en coulisse

Dans les tribunes publiques, le code vestimentaire est plus libre. C’est là que l’on voit pousser très haut les chapeaux, qui prennent parfois des formes débridées, laissant libre cours à l’originalité débordante des sujets britanniques. A côté de cette extravagance se joue le balai des 400 hélicoptères et 1.000 limousines qui déposent les invités de haut vol dans les loges, où l’on débouche chaque année plus de 50.000 bouteilles de champagne et où baignent deux tonnes de homard, pour agrémenter les discussions de ceux qui en pincent pour les chevaux. Car le spectacle qui prend forme sur la tête des convives ne doit pas faire oublier que ce sont bien les pieds des pur-sang qui font réellement battre le cœur de l’événement...

www.ascot.co.uk
Royal Ascot

Pour rester dans l’émotion,
inscrivez-vous à notre newsletter

loader